Compagnie les Jardins insolites

Cie crée en 1996

Spectacles jeune-public : de 6 mois à 7 ans et en tout public

«Un jardin insolite »

Spectacle visuel et poétique sur l’univers des jardins. Le VELO THEATRE à APT et LE THEATRE DE NANTERRE produisent le spectacle

En 1999, Joel Simon du Festival MELI MOME demande à la cie une création pour son festival, ce sera :
«  MADEMOISELLE B » spectacle visuel et d’ objets sur l’ univers étrange d’une drôle de demoiselle ! produit par le CNAT de Reims, NOVA VILLA et soutenu par le théatre MASSALIA et le VELO THEATRE.

En 2003 La cie reçoit une subvention de la REGION PACA pour la création de son spectacle «  PETIT ATELIER » sur la vie d’ une brodeuse et le voyage de ses fils et de ses pensées.

En 2007 le CONSEIL GENERAL du Vaucluse attribue une subvention pour la création de «  FILAGE » suite de «  PETIT ATELIER ».

Des résidences ont eues lieu pour ses deux créations au VELO THEATRE à APT et AU CENTRE DE RESSOURCES JEUNE PUBLIC à COULAINE.

En 2008 Marion David crée «  PETIT TOM » spectacle de marionnettes de papier et de peinture, sur l’ histoire d’ un petit homme et de sa pomme

La cie a joué ses spectacles aux alentours de plus de 800 représentations en France et à l’étranger et a reçu plus de 50 000 spectateurs …

Dans les festivals jeune public : MELI MOMES , MOMIX, GAREOU, LA TETE DANS LES NUAGES , LE TEMPS DES CERISES, AU BONHEUR DES MOMES, L’ECHAPPEE BELLE, LE CHAINON MANQUANT , LES SEMAINES DE LA MARRIONNETTE à PARIS , LE PRINTEMPS DU THEATRE, CHARLEVILLE MEYZIERES, LA VALLEE...

Dans les scènes nationales , les crèches, les écoles , les centres culturels, les théatres , les c.c.a.s.

En région PACA , BOUCHES DU RHONE , NORD , SUD OUEST, CENTRE, BRETAGNE, ALSACE...

Et à l’ étranger : ESPAGNE,ANGLETERRE, PORTUGAL, BELGIQUE, ITALIE , ESPAGNE, DANEMARK, AUTRICHE .

Les créations et les tournées avec la collaboration de :

Isabelle Kessler( Metteur en scène)
Marion David (comédienne et plasticienne)
Benoit Fincker (régisseur et inventeur de sons)
Laurence Alquier (costumière et scénographe)
Thérèse Angebault( comédienne et costumière)
Paolo Cardona ( metteur en scène et scénographe)
José Lopez(régisseur)
Jérome Mathieu (régisseur et décorateur)
Philippe Maurin ( régisseur)
Sylvie Peltier ( chargée de production)
Philippe lefebvre( snénographe)
Pierre Faure (régisseur)
Morello Rinaldi ( metteur en scéne)
Annie Peltier (comédienne)
Fanny Toulemonde ( écriture)

Présentation des créateurs, initiateurs de projets dans la compagnie

Thérèse Angebault

Issue des Beaux arts d’ Angers ,Thérèse Angebault aborde l’ univers du théatre et de la danse par la création de costumes et de décors. Elle travaille pour Ariane Mouchkine, Dominique Bagouet, le groupe T.S.F, le Magic circus, et les opéras de Nantes , de Montpellier...

Dans les années1990 elle s’ installe dans le Vaucluse . Le Vélo théatre l’incite à passer sur les planches et lui propose son premier rôle d’ artiste dramatique avec « CARMENCITA « , l’ aventure se poursuivra avec «  NORD NORD OUEST »

C’ est en 1993 qu’ elle crée avec Isabelle Kessler son premier spectacle jeune public « COUCOU », qui devient une des références des spectacles pour la petite enfance .

En 1996, elle crée avec Marion David «  UN JARDIN INSOLITE », qui donnera son nom à la compagnie.

Avec «  MADEMOISELLE B » elle signe son deuxième spectacle ,viendront « PETIT ATELIER » « FILAGE » et un projet autour de la couleur.

Marion David

 

Théatre Onyx , crée un premier spectacle qui s’ adresse aux enfants : DEUX CONTES DE GRIMM.

Au théatre Massalia , elle participe au spectacle pour adultes de Monika Meschke : « KVINOR VINGT ET DEUX »

Elle crée à nouveau un spectacle pour enfants d’ après un conte de Grimm : « LE DIABLE AUX TROIS CHEVEUX D’ OR ».

Puis elle se consacre à la peinture jusqu’ en 1995. Elle crée avec Thérèse Angebault : «  UN JARDIN INSOLITE » et «  MADEMOISELLE B »

« PETIT TOM » est sa nouvelle création avec la collaboration de Thérèse Angebault et Benoit Fincker


Benoît Fincker

Régisseur, concepteur sonore , éclairagiste,facteur de piano, manipulateur de sons  et d’ objets: c’est Benoit finker , il est aussi directeur technique et régisseur général de la Friche de la Belle de mai, régisseur de tournées, formateur aux bases d’ éclairage auprès d’ un groupe de marionnettistes à Massalia.

Il participe aux créations des ATELIERS DU POSSIBLE, VELO THEATRE, CIE MÉDIANE, CIE PHENOMENE TSÉ TSÉ, CIE THEATRE DE CUISINES, THEATRE DE LA POUDRIÈRE,LES ATELIERS DU SPECTACLE ET LA CIE JARDINS INSOLITES en création et en tournées en France et à l’étranger avec une vingtaine de spectacles et plus de 300 représentations.

<h1>Compagnie les Jardins insolites
</h1>
<p class="violet_sombre">Cie crée en 1996</p>
<p>Spectacles jeune-public&nbsp;: de 6  mois à 7 ans et en tout public </p>
<h3>«Un jardin insolite&nbsp;»</h3>
<p>Spectacle visuel et poétique sur l’univers des jardins. Le VELO THEATRE à APT et LE THEATRE DE NANTERRE   produisent le spectacle</p>
<p>En 1999, Joel Simon du Festival  MELI  MOME demande à la cie une création  pour son festival, ce sera&nbsp;: <br />
«&nbsp; MADEMOISELLE B&nbsp;»  spectacle visuel et d’ objets sur l’ univers étrange d’une  drôle de demoiselle&nbsp;! produit par le CNAT de Reims, NOVA VILLA  et soutenu par le théatre MASSALIA et le VELO THEATRE.
</p>
<p> En 2003 La cie reçoit une subvention  de la REGION PACA  pour la création de son spectacle «&nbsp; PETIT  ATELIER&nbsp;»  sur la vie d’ une brodeuse et le voyage de ses  fils et de ses pensées.</p>
<p>En 2007 le  CONSEIL GENERAL  du  Vaucluse attribue une  subvention pour la création de&nbsp;«&nbsp; FILAGE&nbsp;» suite  de «&nbsp; PETIT ATELIER&nbsp;».</p>
<p>Des résidences ont eues lieu pour ses  deux créations au VELO THEATRE  à APT et AU CENTRE DE RESSOURCES  JEUNE PUBLIC  à COULAINE.</p>
<p>En 2008 Marion David crée  «&nbsp;  PETIT TOM&nbsp;»  spectacle de  marionnettes de papier et de  peinture, sur l’ histoire d’ un petit homme et de sa pomme </p>
<p>La cie a  joué ses spectacles  aux  alentours de plus de  800 représentations en France et à l’étranger  et a reçu plus de  50 000 spectateurs&nbsp;…</p>
<p>Dans les festivals jeune public&nbsp;:  MELI MOMES ,  MOMIX,  GAREOU,  LA TETE DANS LES NUAGES , LE TEMPS DES  CERISES,  AU BONHEUR DES MOMES,  L’ECHAPPEE BELLE,  LE CHAINON  MANQUANT , LES SEMAINES DE LA MARRIONNETTE à PARIS , LE PRINTEMPS DU  THEATRE, CHARLEVILLE MEYZIERES, LA VALLEE...</p>
<p>Dans les scènes nationales , les  crèches,  les écoles , les centres culturels,  les théatres&nbsp;,  les c.c.a.s.</p>
<p> En région PACA ,  BOUCHES DU RHONE ,  NORD&nbsp;, SUD OUEST, CENTRE, BRETAGNE, ALSACE...</p>
<p>Et à l’ étranger&nbsp;: ESPAGNE,ANGLETERRE, PORTUGAL, BELGIQUE,  ITALIE , ESPAGNE, DANEMARK, AUTRICHE .</p>
<h3>Les créations et les tournées avec la  collaboration de&nbsp;: </h3>
<p>Isabelle Kessler( Metteur en scène)<br />
Marion David (comédienne et   plasticienne)<br />
Benoit Fincker (régisseur  et  inventeur de sons)<br />
Laurence Alquier (costumière et  scénographe)<br />
Thérèse Angebault( comédienne et  costumière)<br />
Paolo Cardona ( metteur en scène et  scénographe)<br />
José Lopez(régisseur)<br />
Jérome Mathieu (régisseur et  décorateur)<br />
Philippe Maurin ( régisseur)<br />
Sylvie Peltier ( chargée de  production)<br />
Philippe lefebvre( snénographe)<br />
Pierre Faure (régisseur)<br />
Morello Rinaldi ( metteur en scéne)<br />
Annie Peltier (comédienne)<br />
Fanny Toulemonde ( écriture)</p>
<h3>Présentation des créateurs, initiateurs de projets dans la compagnie</h3>
<p class="violet_sombre"><b>Thérèse Angebault<br />
</b></p>
<p>Issue des Beaux arts d’ Angers  ,Thérèse Angebault  aborde l’ univers du théatre et de la danse  par la création de costumes et de décors. Elle travaille pour  Ariane Mouchkine,  Dominique Bagouet, le groupe T.S.F, le Magic circus, et les opéras  de Nantes , de Montpellier...</p>
<p>Dans les années1990  elle s’  installe  dans le Vaucluse . Le Vélo théatre l’incite à  passer  sur les planches et lui propose son premier rôle  d’ artiste  dramatique avec «&nbsp;CARMENCITA «&nbsp;, l’ aventure se  poursuivra avec&nbsp;«&nbsp;  NORD NORD OUEST&nbsp;»&nbsp;</p>
<p>C’ est en 1993 qu’ elle crée avec  Isabelle Kessler son premier spectacle jeune public «&nbsp;COUCOU&nbsp;»,  qui devient une des références des spectacles  pour la petite  enfance .</p>
<p>En 1996, elle  crée avec Marion  David&nbsp;«&nbsp; UN JARDIN INSOLITE&nbsp;», qui donnera son nom à la  compagnie.</p>
<p>Avec&nbsp;«&nbsp; MADEMOISELLE B&nbsp;»  elle signe son deuxième spectacle ,viendront «&nbsp;PETIT ATELIER&nbsp;»  «&nbsp;FILAGE&nbsp;» et un projet autour de  la couleur.</p>
<p class="violet_sombre"><b>Marion David</b></p>
<p><br />
</p>
<p>Théatre Onyx , crée un premier  spectacle qui s’ adresse  aux enfants&nbsp;:  DEUX CONTES DE GRIMM.</p>
<p>Au théatre Massalia , elle participe  au spectacle pour adultes de Monika Meschke&nbsp;: «&nbsp;KVINOR  VINGT ET DEUX&nbsp;»</p>
<p>Elle crée à nouveau un spectacle pour  enfants d’ après un conte de Grimm&nbsp;: «&nbsp;LE DIABLE AUX  TROIS CHEVEUX D’ OR&nbsp;».</p>
<p>Puis elle se consacre à la peinture  jusqu’ en 1995. Elle crée avec Thérèse Angebault&nbsp;:&nbsp;«&nbsp;  UN JARDIN INSOLITE&nbsp;» et&nbsp;«&nbsp; MADEMOISELLE B&nbsp;»</p>
<p>«&nbsp;PETIT TOM&nbsp;» est sa  nouvelle création avec la collaboration de Thérèse Angebault et  Benoit Fincker</p>
<p><br />
<b class="violet_sombre">Benoît Fincker</b></p>
<p>Régisseur, concepteur  sonore ,  éclairagiste,facteur de piano, manipulateur de sons&nbsp; et d’  objets: c’est Benoit finker , il est aussi directeur technique  et régisseur  général de la Friche de la Belle de mai, régisseur de tournées, formateur  aux  bases d’ éclairage auprès d’ un groupe de marionnettistes à  Massalia.</p>
<p>Il participe aux créations des  ATELIERS DU POSSIBLE, VELO THEATRE, CIE MÉDIANE,  CIE PHENOMENE TSÉ  TSÉ, CIE THEATRE DE CUISINES, THEATRE DE LA POUDRIÈRE,LES ATELIERS DU SPECTACLE  ET LA CIE JARDINS INSOLITES en création et en tournées en France  et à l’étranger avec une vingtaine de spectacles et plus de 300  représentations.</p>
 

Compagnie Melanie Florschütz & Michael Döhnert

Depuis 1997 La compagnie Melanie Florschütz & Michael Döhnert crée des spectacles pour enfants et adultes. Depuis 2004, Melanie Florschütz et Michael Döhnert s’intéressent plus particulièrement à la création pour les tout-petits. Ils cherchent à établir le lien entre le geste et la musique en usant de plusieurs moyens d'expression que l’on peut trouver au théâtre (objets, figures, jeu théâtral). Ils sont à la fois auteurs et acteurs de leurs spectacles. En fonction du thème abordé dans leurs spectacles, ils recherchent les moyens théâtraux appropriés pour y apporter poésie et complexité.

Melanie Florschütz

De 1989 à 1994, Melanie Florschütz étudie à l'Ecole d'Enseignement Supérieur de Stuttgart la musique et l'art avec pour spécialité le théâtre d’objet et la marionnette.

Entre 1996 et 2008, elle est membre de l'union d'artistes Theater o.N./ZINNOBER, en tant qu’actrice et chargée de production dans le domaine du théâtre et de la musique.

En 2004, elle fait ses premiers pas en tant que metteur en scène pour des compagnies libres et des productions de théâtre pédagogique avec des enfants et des jeunes.

Michael Döhnert

Musicien, compositeur, performer, et auteur, il est également guitariste et chanteur. Depuis 1987, il compose pour ses propres projets en live - musique de théâtre et de film pour des documentaires et des vidéos artificielles. Il s’intéresse également à d’autres arts en coopérant avec artistes issus des arts plastiques.

http://www.melanieflorschuetz.de/ >

 

Compagnie La Libentère – Enfance et musique

Compagnie de danse, qui mène depuis plusieurs années dans la région Normandie des actions de création et de diffusion de spectacles pour le très jeune public. Elle est soutenue dans ses projets par la DRAC, le Conseil Général, la ville du Havre.

« Terre de lune » a été créé en 1999 - spectacle danse-théâtre 200 représentations en région et à travers la France.

« Comment ça va sur la terre ? » a été créé en 2001 – spectacle de danse - en coproduction avec le Centre chorégraphique de Haute-Normandie. 150 représentations à ce jour en région et en France.

Des actions de sensibilisation de danse sont parfois associées à la venue du spectacle.

Des actions de sensibilisation à l’accueil d’un spectacle pour les enfants de moins de 3 ans

sont menées en partenariat avec les théâtres et les structures d’accueil petite enfance (crèche, lieu d’accueil parents enfants, médiathèque, relais assistantes maternelles)

« Aller voir un spectacle pour des très jeunes enfants et les adultes qui les accompagnent est une aventure dont la réussite dépend autant de la qualité artistique que de l’accueil et de l’accompagnement du public. » C’est à tout cela que La Libentère travaille.

 

Les 3 spectacles ont été subventionnés par la DRAC Normandie et le Conseil Général et soutenus par l’association Enfance et Musique.

Pour le spectacle « comment ça va sur la terre » : co-production avec le Centre Chorégraphique de Haute-Normandie.

Pour le spectacle « 2 doigts de comédie » : co-production avec Enfance et Musique et soutien de l’Espace Malraux de Joué-les-Tours.

Véronique HIS – Metteure en scène

Danseuse et chorégraphe, Véronique His pratique la danse depuis l’enfance.

Aimant le mouvement, l’espace et les voyages, elle suit sa formation de danse contemporaine à l’école de Merce Cunningham à New-york de 1982 à 1986, puis au Japon avec Kazuo Ohno en 1988-89.

2 créations : « Oslo » et « Vent d’Ouest » (solo et duo) présentées à Avignon été 1989, théâtre Jemmapes de Tours 1991 et théâtre des Amandiers en 1993.

Elle enseigne la danse contemporaine pour adultes et enfants : en Normandie 1989 à 2000 et propose : des « rencontres dansées » en crèche.

Depuis 1997 chorégraphie et interprète les spectacles* de danse pour le jeune public.

2009 : Formation de praticienne à la méthode Feldenkrais.

Depuis 1990, Véronique His rejoint l’équipe d’Enfance et Musique pour y mener un travail spécifique sur la danse et les très jeunes enfants. Elle anime des formations et conférences sur le thème « de l’éveil corporel à la danse chez le jeune enfant »

Parallèlement en Haute-Normandie, elle est responsable du projet artistique de l’association La Libentère afin d’y mener des actions de sensibilisation à la danse, de créer et de diffuser des spectacles en direction du très jeune public pouvant être présentés dans les structures culturelles et les lieux d’accueil de la petite enfance.

1997 : Terre de lune (Création pour la petite enfance, danse-théâtre - 200 représentations)

2001 : Comment ça va sur la terre* : (Création pour la petite enfance, danse - 150 représentations, en tournée)

2004 : 2 doigts de comédie (en tournée)

Mathilde VRIGNAUD - Danseuse interprète

Elle étudie la danse classique, le caractère et le chant à l’Ecole Supérieure de Danse de Roland Petit à Marseille.

Elle découvre ensuite la danse contemporaine à Marseille et au Conservatoire d’Aix-en-Provence.

2006 Diplômée en danse contemporaine. Conservatoire National Supérieur de Paris.

2007 Elle part en Inde pendant six mois où elle se forme au théâtre Kathakali. En juin 2007, elle rencontre Véronique His avec qui débute la création Au bord de l’eau.

 

Compagnie Praxinoscope

Penser la culture comme un jardin

La compagnie mène depuis quinze ans un travail en marge des sentiers battus, nous adressant à des publics marginaux, utilisant des techniques oubliées, cherchant de nouvelles manières de vivre et partager la culture.

Lorsque nous avons présenté nos premières créations, le spectacle pour le très jeune public était encore balbutiant, et le fait de dire de la poésie à de jeunes enfants, n’allait pas de soi. Si la presse et le public nous ont soutenus très vite, nous avons rencontré bien des réticences, mais notre engagement nous a aussi valu l’estime de professionnels exigeants.

Evitant les stéréotypes de la modernité, nous ne nous soucions pas de plaire ni de choquer, nous cherchons simplement à exprimer des choses qui nous paraissent essentielles, en creusant une relation sensible au monde.

Nous concevons nos spectacles comme des jardins, (ou des « pièces-paysages » pour reprendre les mots de Michel Vinaver) ils ne suivent ni narration, ni dramaturgie: le spectateur se promène d’une évocation à une autre dans une construction qui est proche de celle d’un poème. Flânerie ou rêverie, le spectateur est laissé libre, la mise en scène n’impose rien, elle est là pour révéler le charme d’une chose, une personne, une image, un poème…

Nous pensons que tous les publics sont en droit d’attendre de nous la plus haute exigence artistique, y compris les très jeunes enfants. La culture de l’image nous tient particulièrement à cœur, mais aussi la poésie et la musique contemporaine. A contre courant des dérives consuméristes, luttant contre la pollution et l’uniformisation culturelle, nous considérons que l’art n’est pas un simple loisir (c’est à dire une distraction du monde), au contraire nous pensons que l’art est une manière de vivre une relation sensible au monde. Légère, drôle ou profonde, l’œuvre d’art ouvre une fenêtre sur la nature des choses, nous permet de retrouver le sens d’une relation intime avec le monde.

Si l’on considère la culture comme l’expression de notre nature humaine, il y a une continuité entre nature et culture. De ce fait les cultures  s’apparentent à des organismes vivants, qui poussent naturellement dans les sociétés humaines, éclosion de fleurs multiples, civilisations qui naissent, vivent, ou se flétrissent. Mais force est de constater aujourd’hui une érosion de leur diversité, qui n’est pas sans rappeler l’érosion de la diversité biologique. Polluées par des produits de consommation, marginalisées et souvent menacées d’extinction, les cultures vivantes doivent leur survie et leur vivacité à l’art, qui les réinvente sans cesse en leur insufflant subversion et inattendu.

Le travail de notre compagnie s’inscrit dans le mouvement de résistance à cette « crise de culture » que dénonce Hannah Arendt. L’engagement des artistes pour défendre leur culture, est souvent assimilé à un repli identitaire ; nous considérons au contraire que l’art est une ouverture sur l’inconnu.

Dans le « jardin planétaire du monde », nous pensons la culture comme un jardin, expérimentant des manières nouvelles d’inscrire l’art dans la vie (avec la Mirabilia par exemple). Artistes-jardiniers, nous cherchons à cultiver la vie de l’esprit dans sa diversité, laissant pousser les mauvaises herbes, dans un jardin en mouvement, jardin sauvage où chacun peut développer l’identité singulière d’une libre pensée.

http://www.praxinoscope.org >

Vincent Vergone – Metteur en scène

Après l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts et l’Ecole des Langues Orientales, Vincent Vergone s’oriente vers le spectacle vivant, alliant musique, poésie, marionnettes, lanterne magique. Parallèlement il travaille la pierre, le bronze, la gravure, réalise 3 films d’animation. Il a animé pendant 3 ans, des ateliers pour les enfants autistes autour de la marionnette et la poésie.

Il participe à des conférences sur la relation de l’enfant à la poésie et à l’image. Sans doute, est ce pour cette raison que son univers s’attache souvent à des sensations premières ou primitives : senteurs, lumières, sons chuintés, onomatopées, langage larvaire…

« …La pratique vivante de la sculpture m’a conduit à présenter sur scène un travail sur la lumière. J’associe mes créations à des oeuvres de poètes et de musiciens, considérant que la scène est le lieu d’une possible symbiose entre ces différentes formes artistiques. Mes spectacles sont généralement destinés à de jeunes (voire très jeunes) spectateurs qui, par la fraîcheur de leur regard et leur ouverture d’esprit, sont particulièrement avides de poésie, de musique et d’art plastique ... ».

Même si la poésie et la musique tiennent une place prépondérante dans son travail, c’est l’image qui relie l’ensemble de ses productions, qu’elle soit sculptée, dessinée, gravée ou animée. Vincent Vergone est un artiste avec des préoccupations contemporaines mais son matériau appartient aux siècles derniers. Lanternes magiques, boites optiques, projecteurs à manivelle font penser au temps où l’image était un événement et avait un fort impact sur le public.

 

Ensemble Fa7

Ensemble musical créé en 1981, conventionné par le Ministère de la Culture – Drac Ile-de-France, en résidence en Seine-et-Marne, Fa7 regroupe des musiciens de haut niveau qui ont résolument choisi la voie du spectacle pour communiquer leurs passions musicales. Sa recherche touche toutes les formes que peut prendre la musique et mêle intimement le son, le mot, le geste et la lumière au travers de créations originales. Les productions Fa7 donnent à entendre, à voir à découvrir et à savourer «autrement» la musique. Contes musicaux, spectacles jeune public ou concerts mis en scène, que ses programmes puisent dans un large répertoire de musiques d’aujourd’hui ou fassent appel directement aux compositeurs, les réalisations de l’Ensemble Fa7 expriment toujours l’impérieux besoin d’ouvrir la musique et d’aller à la rencontre de tous les publics, en s’adaptant ainsi aux différentes spécificités.

http://www.ensemblefa7.com >

Sylvie Pascal – Conception et interprétation

Flûtiste, son travail est axé autour de la musique contemporaine, l’improvisation et le théâtre musical.

Elle fait partie de différents ensembles de musique contemporaine : le Banquet, l’Ensemble Fa 7, l’Ensemble Kiosk.

Elle a joué notamment sous la direction de Jean Jacques Kantorov, Michel Legrand, Antoine Hervé, Olivier Dejours.

Elle travaille également autour de la performance musicale et théâtrale croisant d’autres disciplines artistiques : arts du cirque, danse, marionnettes.

Elle a créé plusieurs pièces solistes et de musique de chambre de Daniel Meier, Olivier Dejours, Emmanuel Ducreux, Eric Fischer.

Elle a joué à la Cité de la Musique, au Festival Musica de Strasbourg, au Royal Albert Hall de Londres, à la Maison Théatre de Montréal, au Festival Theatralia de Madrid ainsi que dans plusieurs lieux et festivals en France et à l’étranger.

 

Compagnie Le Vent des Forges

La Compagnie de Théâtre d'Argile Manipulée Le Vent des Forges, créé en octobre 2005, s’implante sur le Val d’Ille, dans la Ferme de Bel Air à Montreuil-Le-Gast (35) sous deux yourtes spectacle.

C’est un lieu permanent et nomade, consacré à l'art du Geste et à la Poésie à travers deux médians : la Terre et le Théâtre.

L’alliance de ces deux arts invite à la recherche et à la création : spectacles, installations vivantes, chantiers, stages.

Le Théâtre d'Argile Manipulée

Manipuler l’argile

Quand nous parlons de la manipulation de l’argile, nous parlons de ce qui en résulte pour raconter, pour composer un spectacle. La manipulation de l’argile requiert une connaissance de la matière, en particulier sa plasticité, sa qualité de grain pour l’impression, sa résistance aux mouvements, à l’étirement, sa capacité à garder l’eau. La terre est ainsi préparée minutieusement avant le jeu, suivant la malléabilité désirée Les différents états de la matière servent la forme du spectacle : de l’état liquide à la dureté du cuir, jusqu’à la poudre. De la même manière ses composants peuvent être utilisés distinctement : micas, silice, oxydes, ocres.

Argile : une histoire de matière

L’argile contient l’évocation de l’existence humaine, son histoire, sa mythologie, sa chair même, ses métamorphoses. Par sa constitution géologique, elle évoque puissamment l’humus, l’homme rendu à ses origines. L’argile provient de la décomposition de roches préexistantes (roches mères). C’est une terre de rebut, infertile, rejetée par le paysan, une terre de rien. C’est justement ce « rien » qui nous intéresse, nous replaçant tous à pied d’égalité de petit homme nu. L’argile retient l’eau de la source, tapisse le lit des rivières. Façonnée en bol, elle s’accorde à la main pour recevoir l’eau et la bouche de l’homme. Elle façonne son abri et reçoit ses premières traces, ses premiers mots.

Métamorphose

Entre l’art de la terre et l’art dramatique, nous découvrons des liens étroits, des voies de navigations inattendues où le geste théâtral se matérialise et se transforme. Lieu de la métamorphose, de la sculpture vivante sous les mains de l’acteur sculpteur, les drames surgissent dans l’engagement

Le TAM

La création du spectacle « Chübichaï », la tournée qui a suivi, les rencontres avec les spectateurs, les artistes et tous les professionnels du spectacle, nous ont amenés à formuler ce que nous avons appelé alors « Le petit théâtre de terre ». Avec la création du prochain spectacle « Amé Gaïa », nous affirmons d'avantage le parti pris de la terre et nous lui donnons le nom de « Théâtre d’Argile Manipulé ».

http://www.leventdesforges.fr >

 

Compagnie du Porte Voix

La compagnie du Porte-Voix crée et diffuse des spectacles de théâtre musical destinés à la petite enfance. Elle anime aussi des ateliers pédagogiques pour les enfants et des formations pour adultes.

Elle est née en 1998 de la rencontre d'artistes venant d'horizons différents : musique, arts plastiques, littérature, avec pour projet la création, en particulier dans le domaine du théâtre musical.

L’aventure commence avec Clémence chérie, au lit, conte lyrique à partir de textes de Christian Bobin, destiné aux enfants de 3 à 8 ans. Elle se poursuit avec un cabaret de chansons, pour adultes cette fois, réunissant des chansons où les femmes se racontent, le Cabaret des Muses.

En 2003, à la Péniche Opéra naît une nouvelle esthétique, un nouveau langage, avec une première création pour le très jeune public (0-4 ans), A l’eau de Rose. Tableaux courts, sans trame narrative, où le très jeune enfant est invité à s’éveiller à un monde pluri-artistique : le visuel, le corporel et le sonore deviennent les différents éléments d’une partition où tous les sens sont en éveil.

Gong !, créé en 2005, poursuit cette recherche pluridisciplinaire et propose une scénographie en cercle dans une grande proximité avec les jeunes spectateurs. Cette expérience d’intimité, qui permet de privilégier avant tout la relation artistes/public, devient alors un axe de recherche privilégié.

La dernière création de la compagnie, Passage (Novembre 2007) explore un dispositif quadri-frontal. Une pyramide de métal posée au centre de l’espace scénique devient le vaisseau d’un voyage à la fois symbolique et onirique. Elle est aussi support à des jeux corporels de plus en plus présents, permettant des systèmes d’accroche aériennes.

Pour chacune de leurs créations destinées au très jeune public, les artistes de la compagnie, Florence Goguel et Hestia Tristani, font appel à Martha Rodezno, chorégraphe et fasciathérapeute (mouvement sensoriel) pour un travail corporel qui privilégie globalité, douceur et profondeur.

La compagnie travaille actuellement sur deux petites formes, Ronde, sur le thème de la grossesse (création décembre 2009 à Epinay Seine) et Rêves de Pierre (création mars 2010 au festival Premières Rencontres à Villiers le Bel). Ces pièces de théâtre musical sont proposées dans des lieux non équipés en lumière du jour - structures petite enfance, médiathèques, lieux insolites...- ou avec un travail de lumières dans les théâtres.

De nombreux projets culturels incluant à la fois représentations et ateliers liés aux spectacles sont menés, qui permettent d’inscrire plus profondément le travail de la compagnie auprès des différents publics : enfants, personnel de la petite enfance ou de centres de loisirs, enseignants, parents...

En 2006, la compagnie est contactée par le CFMI de l’Université d’Orsay (Centre de Formation des Musiciens Intervenants) pour mettre en place un module de « création et mise en scène de petites formes de théâtre musical pour jeunes enfants » destiné aux étudiants en première année de formation. Cette expérience sera renouvelée les années suivantes.

La compagnie est diffusée dans la France entière et à l’étranger (Portugal, Canada). Elle est invitée régulièrement par des festivals tels que MéliMôme (Reims), Premières Rencontres (Val d’Oise), Théâtre à Tout Age (Quimper), Escapades (Paris), Momix (Kingersheim) et participe aux saisons culturelles de nombreuses municipalités, théâtres, scènes conventionnées… Elle est soutenue par le Conseil Général de la Seine Saint-Denis et la ville d’Epinay sur Seine, en résidence à la Maison du Théâtre et de la Danse d’Epinay sur Seine (2009/2010).

Florence Goguel

Musicienne et compositrice, elle s’intéresse tout particulièrement au lien entre voix, geste instrumental et mouvement corporel. Passionnée par la découverte de nouveaux instruments, sa recherche tend vers un métissage des musiques traditionnelles, populaires et lyriques, privilégiant l’espace de liberté offert par l’improvisation. Elle crée et interprète ses spectacles au sein de la Compagnie du Porte-Voix, dans la recherche d’un langage pluridisciplinaire, pour un théâtre d’images, de corps et de sons. Depuis plusieurs années, la Cie du porte-Voix invente des spectacles destinés à la toute petite enfance.

FORUM : le 1er avril de 12h15 à 13h : Résidence de création en crèche de « Rêves de Pierre » : Rencontre avec Florence Goguel  et avec des membres du personnel petite enfance des deux villes qui l’ont accueillie en résidence : Epinay-sur-Seine et Villiers-le-Bel.

 

Compagnie Teatro all’improvviso

« Teatro all’improvviso » est une compagnie professionnelle de théâtre pour enfants, spécialisée depuis toujours dans l’imagination de l’enfance, sur laquelle elle a fondé sa poétique, tout en gardant une comparaison et une interaction continuelles avec les enfants de 2 à 8 ans.

Fondée en 1978 par M. Dario Moretti, son directeur artistique en plus qu’acteur, scénographe et metteur en scène, la compagnie est reconnue par le Ministère des Biens et des Activités Culturelles depuis 1980.

Elle réalise des spectacles en utilisant plusieurs techniques et plusieurs langages et elle établit sa poétique théâtrale sur le rapport entre image et narration. Un "théâtre visuel" où le soin pour les scènes, la rigueur des images et la plasticité des formes sont accompagnés et traversés du mot, dans un échange continu entre l’histoire et la façon de la raconter, à la recherche de légèreté, de plaisir, d’ironie et d’émotion.

« Teatro all’improvviso » est présent depuis des années avec ses productions théâtrales dans les événements et les festivals les plus importants en Italie, aussi bien qu’à l’étranger. Avec “Le stagioni di Pallina” (Les saisons de Pallina) elle a gagné en 2004 le « Premio Stregagatto Visioni per l’infanzia » (Prix Stregagatto, spectacles pour l’enfance).

1993/94 : Gestion d’une salle théâtrale à Mantoue, le « Teatreno », qui est soit l’endroit de production des spectacles, soit le lieu où l’on organise “L’albero incantato” (L’arbre magique), le festival de théâtre pour le public des jeunes qui a lieu dans la période comprise entre Décembre et Avril, avec une programmation qui s’adresse soit aux écoles, soit aux familles.

Depuis 2006, « Teatro all’improvviso » est le responsable de la direction artistique et de l’organisation de « Segni d’infanzia » (Signes d’enfance), le festival international de l’art et du théâtre pour l’enfance. Il s’agit d’un événement unique dans le panorama italien, promu par la Municipalité de la ville de Mantoue et supporté par la « Regione Lombardia » (Région de la Lombardie), par la « Provincia di Mantova » (Provence de Mantoue) et par des nombreux partenaires particuliers. La première édition du festival a eu lieu à Mantoue du 12 au 19 Novembre 2006 et d’autres éditions seront proposées chaque année dans la même période.

http://www.teatroallimprovviso.it >

Dario Moretti

Comédien, auteur, metteur en scène italien, directeur artistique du Teatro all’improvviso

Dario Moretti est né à Mantoue en Italie (Lombardie) en 1955. Il débute dans le domaine du théâtre en 1974 en participant à l’atelier du marionnettiste Giordano Ferrari. Puis, il fait un cursus scolaire DAMS (Discipline Arte Musica Spettacolo : art, musique et divertissement), participe à divers ateliers et collabore à la réalisation de représentations avec diverses compagnies. En 1978, il fonde le théâtre de marionnettes all’improvviso qui devient en 1980 le Teatro all’improvviso, avec lequel il produit de nombreux spectacles pour enfants, en tournée en Italie, à l’étranger et dans les festivals de théâtre pour enfants. Il gère à Mantoue une salle de théâtre, il Teatreno, lieu de la production de ses spectacles et de l’organisation de présentations du théâtre pour enfants. Dans la plupart des spectacles qu’il réalise, Dario Moretti est interprète et auteur des textes et de la mise en scène. Dans ses spectacles, un lien est créé entre l’histoire et la façon de la raconter, à la recherche de légèreté, de plaisir, d’ironie et d’émotion. En 1986, il commence une production liée à la peinture et la sculpture. Dario Moretti organise et gère aussi des ateliers de théâtre dans les écoles. Il a créé de très nombreux spectacles notamment "Le stagioni di Pallina", le Teatro all’improvviso a remporté le prix Stregagatto Visioni d’infanzia 2004. Dario Moretti est le créateur de Segni d’infanzia, festival international d’art et de théâtre pour enfants, dont la première édition à Mantoue en 2006 connaît un grand succès. Il est aussi scénographe, peintre et créateur d’installations artistiques. Il a conçu et construit des décors pour plusieurs compagnies italiennes, il a collaboré avec le Teatro Giocovita et de Ravenne. Il a également réalisé plusieurs expositions.

 

La Cie AMK (Aérostat Marionnettes Kiosque)

Fondée en 2000 par Cécile Fraysse et Philippe Aufort, avec la création de « Certaines aventures de Madame Ka », la compagnie AMK conçoit et réalise des spectacles de marionnettes contemporaines dans une démarche de recherche et d’expérimentation.

Ni uniquement jeune public, ni exactement pour adultes, notre public se situe jusqu’aujourd’hui à la frontière de ces deux mondes, les réconciliant par des propositions artistiques singulières, de par nos thématiques et nos choix de mise en scène.

Sensible aux possibles poétiques des langages, travaillant tout autant sur les arts plastiques que sur la représentation théâtrale, nous explorons particulièrement des textes contemporains (Noëlle Renaude, Philippe Aufort, Gertrude Stein) dans lesquels la notions de collage et d’espace mental y ont toute leur importance. La dimension visuelle et les influences actuelles de l’art contemporain occupent une place centrale dans tous ces projets.

Un nouvel axe d’exploration autour du son comme matière concrète de jeu et de projection imaginaire, en collaboration avec le musicien-compositeur Alexandre Lévy (création « Mangerie(s) ») devrait déterminer nos prochaines créations.

Un intérêt tout particulier est né autour de la création de « Lait » (1ère partie du triptyque « Mangerie(s) ») pour le public dit « petite enfance » (18 mois - 5 ans), nourri de rencontres professionnelles fortes avec un nouveau public et tout un réseau de création. Une partie des prochaines productions de la cie AMK vont donc se concentrer sur l’exploration de propositions allant à la rencontre de ce public spécifique, tout en continuant d’affirmer les axes artistiques propres à la compagnie.

http://www.cieamk.com >

Cécile Fraysse

Après une année d’Hypôkhagne en philosophie à Caen, Cécile Fraysse entre à l’Ecole des Beaux Arts de Rennes où elle obtient un DNAP Art en 1996.

Elle poursuit ses études à l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg en Scénographie avec Pierre André Weiss (scénographe d’Olivier Py) d’où elle sort diplômée (DNSEP) en 1998 avec une mention spéciale pour la qualité plastique de sa proposition.

Elle suit à Paris au Théâtre aux Mains Nues la formation professionnelle de l’acteur marionnettiste avec Alain Recoing dont elle devient l’assistante l’année suivante (1999-2000).

En 2000, elle fonde avec Philippe Aufort la Compagnie AMK – Aérostat Marionnettes Kiosque avec le spectacle « Certaines aventures de Madame Ka » autour d'extraits du même texte de Noëlle Renaude qui rencontrera un vif succès (tournée en France et à l’étranger).

A l’occasion d’une résidence de 18 mois à la Caserne (Pontoise–Usines Ephémères) naît un nouveau spectacle, « le Mioche » (2002), sur un texte de Philippe Aufort, publié à L’Ecole des Loisirs et traduit en Allemand.

Elle est lauréate de la bourse à la vocation de la Fondation de France en 2003.
Elle réalise en lien avec le spectacle et en collaboration avec Isabelle Gautray un ouvrage graphique (Editions Passages Piétons).

Elle signe ensuite les trois mises en scène et scénographies des spectacles suivants : « De l’intérieur » (texte de Philippe Aufort) en 2004, « Rose » (texte de Gertrude Stein) en 2005 pour lequel elle obtient une bourse de la DMDTS et « Mangerie(s) » en 2007. Parallèlement à la co-direction artistique de la cie AMK, elle collabore avec Ahmed Madani en construisant les 13 marionnettes de son spectacle « L’improbable vérité du monde » (création CDN La Réunion) en 2006.

Elle réalise en 2008 pour le Théâtre de la Marionnette à Paris une valise d’artiste à vocation pédagogique. Très investie dans la rencontre et le travail avec les publics, elle travaille régulièrement auprès d’enfants et adultes (ateliers, classes artistiques, formations).

Elle entreprend à partir de 2008 un travail de recherche à l’Université Paris 8 sur la théâtralité des arts plastiques et ses enjeux expérimentaux notamment pour les jeunes publics.

 

Armes Theater e.V

Le «Armes Theater» de Chemnitz est un théâtre libre avec une salle de spectacle fixe, des invités réguliers dans le domaine artistique, avec quatre employés responsables de la pédagogique théâtrale, sociale et de la communication.

Notre répertoire se compose de quatre mises en scène appropriées à chaque tranche d‘âge significative de l‘enfant et de l‘adolescent (sauf la tranche des moins de trois ans). Ces 16 mises en scène abordent un sujet important et spécifique pour chaque tranche d‘âge. Chaque mise en scène est aussi adaptée à un public adulte.

La ville de Chemnitz – autrefois nommée Karl-Marx-Stadt – est une ville saxonne ayant fait dans l’industrie textile traditionnelle. Le «Armes Theater» travaille dans un ancien lieu de production de cette industrie textile qui n’existe plus depuis la réunification.

«Spinning Jenny» Theatertage est le festival international organisé chaque année par le «Armes Theater». Le festival s‘attache aux relations sociales à destination des enfants et des adolescents. L'année 2008 était sur le thème de la « famille », c‘est pourquoi la discussion autour de la formation des très jeunes enfants et le théâtre pour les tout-petits a été l’enjeu capital de notre festival 2008.

Qu’est ce que le théâtre peut apporter aux très jeunes enfants ? Le théâtre se pose en permanence la question suivante : Comment peut-on sensibiliser les pédagogues et les parents, pour rendre possible une compréhension mutuelle ?

Une compréhension, pour les différents travaux et tâches dont le but commun est le développement des compétences des jeunes personnes.

http://www.armestheater.de >

 

ACTA – Compagnie Agnès Desfosses

http://www.compagnie-acta.org >

Depuis 20 ans A.C.T.A (Association de Création Théâtrale et Audiovisuelle) est une compagnie indépendante. C’est une compagnie de création : il n’y a donc pas de travail sur un répertoire pré-existant.

Les arts de la représentation permettent d'être en prise avec notre monde d’aujourd’hui, de le connaître, de l'écouter, puis de le mettre en scène. La représentation a le merveilleux pouvoir d'être médiateur. Elle devient un acte de connaissance et de reconnaissance.

Petites formes pour 30 spectateurs, événement de rue avec funambule, ou expositions scénographiées et/ou sonores ne sont que les multiples formes d’expression de cette recherche autour du monde contemporain.

Le mélange et la rencontre de langages artistiques différents (chant, danse, acrobatie, textes d’auteurs contemporains, photographies) rentrent dans l’espace scénique.

ACTA a toujours voulu rendre accessible à tous ses démarches avec le public en amont et en aval des créations par des actions culturelles et des répétitions avec public.

Au cours des 20 années d'existence de la compagnie ACTA, Agnès Desfosses s'est adressée à tous les âges de la vie. Plusieurs de ses créations passées ou en cours sont dédiées à de jeunes et de très jeunes spectateurs. Pour les très jeunes spectateurs la compagnie ACTA a créé sur le thème du plaisir de grandir et de marcher avec « Sous la table », « Ooh so rond » et « reNaissances » et celui du plaisir du regard avec « Le jardin des chimères » et « ¡ Mira ! le pays des reflets ». La dernière création « Moi seul » (mars 2009), mis en scène par Laurent Dupont avec la collaboration artistique d’Agnès Desfosses interroge le thème de la Fratrie.

À Compagnie de création : équipe de créateurs !

J'embarque des artistes issus de toutes disciplines, écriture, musique, arts plastiques, arts de la rue, en fonction des formes artistiques choisies.

Souvent, des images sonores (voix, témoignages, chants) et photographiques interviennent, soit directement dans la scénographie, soit dans les compositions sonores et musicales ou encore dans l'écriture même des spectacles ou des expositions.

La place et le rôle des spectateurs sont choisis en fonction des thèmes et des formes artistiques. Certaines initiatives leur sont proposées : par exemple, ils entrent dans un monde de sensations, déambulent ou jouent de leurs angles de vision, parfois même nous les transformons en “personnages“ de nos inventions. » Agnès Desfosses

Des habitants interviennent en amont des créations et parfois même sont sur scène aux côtés des artistes de la Compagnie ACTA comme ce sera le cas à l’automne 2010.

PREMIERES RENCONTRES : « Petite enfance éveil artistique et spectacle vivant » : Biennale européenne en Val d’Oise

Forte de ses expériences acquises lors de tournées théâtrales, de conférences et débats dédiés à la petite enfance dans divers pays d’Europe et de ses créations pour le tout petit, ACTA - Compagnie Agnès Desfosses a souhaité en faire profiter le territoire où elle réside en proposant aux villes du Val d’Oise d’accueillir des spectacles pour la petite enfance d’une grande variété de langages artistiques.

Une formation associée a été créée par ACTA menant ainsi à la participation et la co-organisation des « Premières Rencontres » dédié à la petite enfance et au spectacle vivant.

Un temps fort est organisé lors du festival : un forum sur deux jours où les intervenants français et européens se rencontrent et débattent de façon passionnée et militante.

4ème édition des « Premières Rencontres » : Du 28 mars au 16 avril 2010.

La Compagnie ACTA est subventionnée au niveau local, départemental, régional, national, et européen.

Depuis 2001, ACTA est en convention avec la DRAC Ile-de-France, le Conseil Général du Val d’Oise et sa ville de résidence : Villiers-le-Bel pour des périodes de 3 ans renouvelables. Elle bénéficie également d’une convention de permanence artistique avec le Conseil Régional d’Ile-de-France depuis 2008.

De 2010 à 2012, ACTA rentre dans sa 4ème convention. Sur une telle durée de conventionnement, la compagnie ACTA peut ainsi se projeter dans l’avenir et bâtir des projets à long terme comme la biennale européenne en Val d’Oise : « Premières rencontres » Petite enfance, éveil artistique et spectacle vivant ; d’avoir un ancrage territorial, de travailler en partenariat et d’avoir des projets culturels et artistiques approfondis avec les habitants.

Depuis août 2009, de nouveaux locaux sont alloués à la Compagnie par la Ville de Villiers-le-bel ; ce qui stimule et facilite grandement l’état d’esprit de ses projets.

Créations d’ACTA

Principaux thèmes abordés dans les créations de la Compagnie :

La différence :

“Géant et Minuscule“ (théâtre) : Spectacle pour les enfants de 3 à 6 ans et les adultes. On est toujours le grand ou le petit de quelqu'un. Création en mars 1992.

La petite enfance :

  • “Ah ! vos Rondeurs…“ (théâtre) : Spectacle pour les enfants de 4 mois à 4 ans et les adultes. Un hommage aux bébés et à tous ceux qui les accompagnent dans leur éveil. Création en 1994. Version autrichienne – recréation en 2005 pour le Toihaus de Salzburg.

  • “Sous la Table“ (théâtre) spectacle pour les enfants de 1 an 1/2 à 3 ans 1/2 et les adultes. Une sirène et un sirein n'ont qu'un désir : avoir deux jambes comme les enfants pour grandir et marcher. Création en mai 1996. En tournée. Version autrichienne en 2002 pour le Toihaus de Salzburg et version portugaise en 2009 (en tournée jusqu’en décembre 2009).

  • "1/125ème de seconde" - "Jeux en images" - "Masques -Main" - "Visages et corps en scène"(expositions).

  • "ReNaissances" : Ce poème musical chanté, joué et dansé mis en scène par Agnès Desfosses évoque le double parcours des parents et de l’enfant, depuis l’attente de la naissance, jusqu’à l’éveil du nouveau né au monde qui l’entoure. Adultes et enfants sont invités à visiter une mémoire commune où se logent des émotions et des souvenirs bien différents. Création en décembre 2005.

L'imagination :

  • "Le Jardin des Chimères" (exposition photographique scénographiée) : Sur le thème des reflets, pour les 3-6 ans et les adultes. Une exposition interactive et poétique mettant en avant l'imagination de chacun.

  • “¡ Mira ! le pays des reflets“ (spectacle): Pour les enfants de 4 à 8 ans et les adultes, sur les ombres et les reflets. Un spectacle vivant sous forme de parcours sensoriel, mêlant jeu, chant, acrobaties, photographies, eau et musique. Création en novembre 2003.

Le travail :

  • "Défilé" (événement de rue)

  • “l'Appareil à Nuages“ (un opéra autrement)

Les jardins :

  • “La Tête dans les Mottes“ (parcours théâtral)

mémoire et la transmission :

  • “Souvenirs d'Avenir“ (spectacle et exposition scénographiée)

  • " Cité Montillet, une seconde naissance " (exposition scénographiée et sonore)

  • " La L.T.T. à Conflans, histoires de vie" (exposition sonore)

  • "Pieds ailés" (spectacle de rue)

  • "Je ne suis pas là" (spectacle pour appartements et petits lieux non-théâtraux)

La ville :

  • “Le Colosse -Rêves“(théâtre)

  • "Traces" (événement de rue)

L'exil :

  • “Exil -scènes d'intérieur“ (théâtre d’appartement)

  • "Venues d’ailleurs, images et voix de femmes" (exposition scénographiée)

  • "Visages d’aujourd’hui, paysages d’hier" (événement de rue)

A la croisée de ces trois derniers thèmes : Deux projets intimement liés, avec une exposition scénographiée « Petit,grand exil / petit,grand déménagement » créée en février 2007 et un spectacle crée en novembre 2007 à Villiers-le-bel : « Comme le vent qui souffle » sur le thème de l’exil et du déménagement.

La fratrie :

  • “Moi seul“ : Spectacle dédié à tout petit qui s’ouvre à la complexité du monde. Trois artistes, un pour l’image, un pour le son, un pour le mouvement, interviennent en temps réels sur le plateau pour évoquer ce paradis perdu de l’enfance où certains croyaient que le bonheur parfait était possible.

Il est seul dans la lumière. Mais une ombre déjà se joue de lui.

J’y suis, Tu hais.

Une interrogation sur la Fratrie, sur le “clair/obscur” de ses relations.

Mise en scène de Laurent Dupont en collaboration artistique avec Agnès Desfosses.

Création en mars 2009.

La prochaine création prévue pour fin 2011-début 2012 tourne autour d’un questionnement « Petite enfance, adolescence, quels point communs dans leur découverte du monde ? ». Elle sera également le fruit d’une collaboration avec Laurent Dupont.

Ateliers

Agnès Desfosses, et d'autres artistes de la compagnie ACTA animent régulièrement des ateliers mêlant photographie, théâtre et son dans des écoles, des collèges, ou des structures de quartier ("1/125ème de seconde" – "Masques mains" – "Géants et Minuscules" – "Souvenirs d'Avenir" – "Visages et corps mis en scène").

Toutes les créations et les ateliers de la compagnie sont le fruit d'un travail commun à plusieurs artistes, metteur en scène, musicien, auteur, scénographe, et ont été réalisés en partenariat avec des théâtres, des villes ou des festivals.

Rayonnement de l’action petite enfance

C'est grâce à sa démarche artistique vis-à-vis de l'enfance et de la petite enfance que des contacts passionnants se sont développés au niveau européen. La compagnie a été invitée :

  • A tourner dans des festivals au Portugal, Espagne, Allemagne, Autriche, Hollande et Finlande.

  • A éditer en Allemagne :

  • Agnès Desfosses a écrit pour sa mise en scène et en espace du spectacle "Sous la Table", autour des poèmes d'Yves Nilly. Texte traduit par Conny Frühauf. Edition: Verlag der Autoren Frankfurt am Main 2000.

    • Publication d’une intervention d’Agnès Desfosses dans un recueil d’auteurs dédié à le petite enfance : "Theater for Early Years", édité par l’ASSITEJ.

  • A mettre en scène le spectacle "Sous la Table" à l’étranger :

    • En octobre 2002 pour le Toihaus de Salzburg, en Autriche, avec des comédiens autrichiens.

    • En avril-mai 2009 pour le Centre Culturel de Belem (CCB) de Lisbonne, au Portugal, avec une adaptation du spectacle en version portugaise, suivie d’une tournée dans plusieurs villes portugaises.

  • A participer à de nombreux colloques en France et à l'étranger.

  • A animer un stage en Angleterre.

  • A créer un festival européen : « Premières Rencontres » : Petite enfance éveil artistique et spectacle vivant - Biennale européenne en Val d’Oise depuis 2003-2004.

Agnès Desfosses

Née en 1947 à Paris, elle fait du théâtre de rue, co-dirige la Compagnie Vague et Terre de 1980 à 1989, puis crée et dirige la Compagnie ACTA- Agnès DESFOSSES en 1989. Auparavant, elle a été l’assistante du photographe Rudomine qui l’a formé au portrait en 6x9, à la retouche sur plaque, au tirage sur papier barité. Elle a également été responsable du département audiovisuel de l’ESCAE d’Amiens (école supérieure de commerce) de 1978 à 1982.

En créant la Compagnie ACTA en 1989, Agnès Desfosses favorise la rencontre du théâtre et de la photographie à l'intérieur de ses créations de spectacle vivant et établit de nombreuses collaborations avec des auteurs, compositeurs et plasticiens pour des spectacles qu'elle conçoit et met en scène.

Depuis plus de vingt ans, son travail est essentiellement artistique, partagé entre théâtre et photographie : un travail d’ « auteur ». Son parcours photographique, souvent stimulé par des ateliers et des commandes, donne naissance à de nombreuses expositions dont la plupart sont théâtralisées et scénographiées, fruit d'une collaboration avec Patricia Lacoulonche, plasticienne et scénographe.

Les photographies naissent de ses échanges avec des habitants, toutes générations confondues, qui témoignent de ce qu'ils vivent ou de ce qu'ils ont vécu -parmi ces thèmes : l'exil, le travail, la mémoire- mais aussi de parcours solitaires, notamment sur les reflets et les ombres.

Chronologie :

  • Une certaine lecture : ouvrage de photos et de poésie avec Christian Sapin publié aux éditions Chambelland en 1972.
  • Visages d'aujourd'hui – Paysages d'hier : événement de rue, spectacle photographique et musical qui traite de la double culture. Création à Villiers-le-bel en octobre 1990.
  • 1 / 125ème de seconde : expo-spectacle accompagnée d'une publication photographique du même nom avec de très jeunes enfants. Création à Villiers-le-bel en 1992.
  • Jeux en images – Masques-mains : exposition scénographiée réalisée avec des enfants de Dammarie-les-Lys en 1993.
  • Venues d'ailleurs : images et voix de femmes – un parcours qui raconte l'exil. Créé à Villiers-le-bel en 1994. Tournées dans de nombreuses villes.
  • Visages et corps en scène : atelier réalisé pour la manifestation "Images côté cour" dans le cadre du festival "Enfantillages" du Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis et du Forum culturel du Blanc-Mesnil (juin 1998 et 1999).
  • Souvenirs d'Avenir : exposition scénographiée en liaison avec un spectacle du même nom. Le corps ne fait pas écran, il est écran. Création en 1998 à Villiers-le-bel.
  • La L.T.T. à Conflans-Sainte-Honorine, Histoire de vie : témoignages sonores et photographiques d'anciens employés de la L.T.T., L'entreprise des Lignes Télégraphiques Téléphoniques, créée puis démantelée au 20ème siècle. Création en septembre 2000 à la médiathèque de Conflans-Sainte-Honorine pour les journées du patrimoine et au Forum culturel du Blanc-Mesnil de septembre à octobre 2000.
  • Cité Montillet, une seconde naissance : témoignages et photographies des habitants de la cité Montillet au Blanc-Mesnil entre démolition et reconstruction. Création en septembre 2000.
  • Pieds ailés : spectacle de rue sur le thème des transmissions d'une génération à l'autre, mêlant photographies projetées, théâtre, danse, musique, chant, artifices et funambule. Création à Villiers-le-Bel en juin 2001.
  • Le jardin des chimères : exposition photographique scénographiée sur le thème des reflets. Création en 2002 à Sevran, dans le cadre du festival des "rêveurs éveillés"
  • ¡ Mira ! le pays de reflets : sur le thème des "ombres et reflets", spectacle-parcours mêlant jeu, chant, acrobatie, photographie, eau et musique, création novembre 2003.
  • Exposition collective à la galerie Serpentine rue de Rennes en 2005 et 2006.
  • Les lustres d’émotions : commande du Centre Culturel de Belém (Lisbonne) en janvier 2006 : visages et photographies des habitants deviennent des personnages qui prennent place sur le pourtour d’étranges lustres. La lumière de ces lanternes fait vivre les ombres projetées des corps et des visages sur les parois blanches de petits espaces où sont dissimulés les lustres.
  • Petit et grand exil / Petit et grand déménagement : Poursuite de la démarche des Lustres d’émotions initiée à Lisbonne. Commande de la ville de Villiers-le-Bel dans le cadre d’un projet ANRU de déconstruction et réhabilitation d’un quartier de la ville. Réalisation en février 2007 – en tournée.
  • Mars 2009 : Moi seul : Spectacle mis en scène par Laurent Dupont – en collaboration avec Agnès Desfosses : projet de création théâtrale où danse et photographies dialoguent dans l’espace scénique.
  • Comme pour la photo, les thèmes des spectacles de la compagnie sont ceux qui nous préoccupent aujourd'hui : la différence, la ville, l'exil, la très petite enfance, l'environnement, le monde du travail et des arts, la mémoire.

9 créations théâtrales ont été réalisées, dont la plupart sont en tournée.

Toutes ces créations sont le fruit de partenariats avec des villes ou des structures culturelles et artistiques (voir présentation de la Compagnie ACTA).

 

ACTA est soutenue par le Ministère de la Culture (DRAC Ile-de-France), par le Conseil Régional Ile-de-France, par le Conseil Général du Val d'Oise et par la Ville de Villiers-le-Bel.

Laurent DUPONT - Comédien et metteur en scène

Diplômé Es Lettres à l’Université de Paris I Sorbonne, il poursuit sa formation de danseur auprès de Dominique Dupuis et de chanteur avec Iva Barthélemy à Paris. Il suit des stages de formation électro-acoustique  dirigés par F. Maneveau dans le cadre de l’Université d’été à Pau et des stages de formation de psychomotricité avec Lapierre et Lecouturier.

En 1980 il fonde la compagnie de théâtre musical TAM teatromusica à Padova (Italie) avec deux artistes et musiciens Michele Sambin et Pierangela Allegro.

Parmi les nombreuses créations du TAM auxquelles Laurent Dupont a participé comme auteur/acteur nous rappellerons:

Répertoire» du compositeur Mauricio Kagel;

Children’s Corner» d’après Claude Debussy, en co-production avec il Teatro Alla Scala de Milan.

Ages» de Bruno Maderna, en coproduction avec l’Istituto di Fonologia de Milan, présenté au Festival d’Automne de Paris.

-« Barbe Bleue » - coproductionTAM teatromusica et Festival de musique contemporaine de Crema

A partir de 1988 il écrit et met en scène des pièces de théâtre musical privilégiant dans son écriture scénique la composition visuelle et sonore autour de la voix:

3 jours et demi»inspiré à l’Apocalypse de St Jean pour basse et bande électroacoustique 1988

L’Etat de grâce», pour 5 acteurs et un haute contre, en coproduction avec le festival de San Arcangelo 1992.

La Plainte d’Ariane» pièce de théâtre musical pour 3 voix sur une composition de Philippe le Golf ,en coproduction avec le Festival Résonances de St Nazaire et le Théâtre Massalia, Système de friche Belle de Mai de Marseille.1996

Ces différentes périodes sont illustrées sur le site http://www. tamteatromusica.it/archivio >

Il réalise des spectacles pour un publique jeune avec «Archipel II» «Douceamer» 1992, «Prélude à l’envol»1996 en coproduction avec la Scène Nationale la Ferme du Buisson, le théâtre Athénor, le théâtre Massalia et “Croquemapeine ” coproduction TAM - théâtre Athénor .

Ces spectacles ont fait l’objet d’une tournée internationale dont les USA et l’Australie.

Son travail sur la voix l’amène à écrire des pièces vocales pour les tout-petits: «Archipel I», «L’Air de l’Eau» avec Brigitte Lallier-Maisonneuve  1994, «Clair de terre» 1998- une production du TAMteatromusica et « Piccoli Misteri» - production Teatro Kismet de Bari -2000

-2002-Il collabore artistiquement avec la compagnie Eclats pour la réalisation d’ « Eau Douce »

Il est directeur artistique d’un projet théâtral « Broken Spaces » subventionné par Europe Culture 2000 et réalisé en collaboration avec TeatroKismet , Théâtre Athénor , Nottingham Play house(UK) et la Cie Parallelo d’Adélaïde en Australie.

-2003 -il crée« Al di LA » en coproduction avec le TAM teatromusica, le Festival Melimôme de Reims et l’Office Culturel de Rethel

-Il collabore artistiquement à la réalisation de« Che accada ! » -« Qu’il en soit ainsi »- écrit et interprété par Rossana Farinati – production Festival Maggio all’Infanzia -TeatroKismet de Bari (Italie)

-Il est metteur en scène pour « In the Time of Distance »a multimedia live performance réalisée avec Parallelo , compagnie de théatre expérimental d’Adelaide en Australie .

-2004- -« KoiraViekon » avec l’ Annantalo Arts Center et l’Académie de Théatre d’Helsinki-Finlande

-« Le Banquet de la Mandibule » avec le compositeur Barbara Trojani et le Frac-Theatre en coproduction avec «Mosaïques »Centre de création et de diffusion musicales de Chalons s/Saône

-2003-2005 Il est directeur artistique et jusqu’en février 2005 d’un projet de création artistique « Clair /obscur » en partenariat avec la Ville» de Chalon-sur-Saône

-2005 Création de « Plis/Sons » en mars avec Marie Fraschina, soprano léger en coproduction avec le Centre de création et de diffusion musicales « Mosaïques » , " Glitterbird" projet subventionné par Europe culture 2000 et l’Ass . Amalys-Direction artistique Anne Françoise Cabanis.

Création de « Erde, stock und stein »-« Pierre au Bois de Terre»- avec First Steps Festival-Helios Theater à Hamm-DE en co production avec l’ Ass. Amalys

-2007 Réalisation de « Du Bout des Bois » avec l’aide à la création du Conseil Général 78 en co production avec l’ Ass. Amalys / La ferme du Bel Ebat-Guyancourt.

-2008 « Pas Sages » avec la Cie de l’Ecoutoir-co production Scène Nationale de Montbeliard

-En 2009 il est en résidence avec la Cie ACTA-Agnès Desfosses pour la création de « Moi Seul » et il réalise « Jeux de Forces » en coproduction avec Helios Theater et le TJP de Strasbourg.

De 1980 à 1998 Intervenant régulier dans les divers dispositifs de l’Education Nationale Italienne pour les écoles et les collèges. Pratiques de formation pour les professionnels de la Petite Enfance- projets en partenariat avec le Service de l’Education de la Ville de Padoue et de Venise.

1990-2000 Cycles de stages «Musique en scène»au CFMI - Université Paris Orsay Sud – (Centre de Formation pour Musiciens Intervenants.

En 2008 il a dirigé un projet de formation pour jeunes acteurs avec l’OFQJ en partenariat avec le festival Mélimôme –Reims- et Petits Bonheurs -Montréal.

Il participe depuis 2008 comme formateur à un cycle professionnel National organisé par ACT’-La Scène.

Moi seul : Note d’intention d’Agnès Desfosses / Cie ACTA

Une compagnie de théâtre, c’est un instrument de liberté. Liberté de créer, de choisir, de se choisir, pour qu’avance le langage théâtral d’aujourd’hui. Depuis toujours, je réunis des équipes de création en fonction des projets dont je réalise la mise en scène.

En 2008, une autre forme de collaboration s’invente avec Laurent Dupont.

Connaissant son désir d’inscrire dans la durée une collaboration artistique sur un territoire donné, je lui ai proposé de réaliser un de ses projets, celui de la Fratrie. Il a pu côtoyer les habitants de notre ville de résidence en amont de la création afin de la nourrir et de l’inspirer, réunir son équipe de création et mettre en scène ce spectacle au sein de la compagnie ACTA. Au même moment, je lui faisais part de ma volonté de consacrer plus de temps à la photographie. Laurent m’a donc proposé que la photographie soit un des langages artistiques de son projet. Il m’a alors invitée à faire partie de son équipe de création.

Rentrer à l’intérieur de l’équipe de création sans la diriger…Pour une fois simplement me laisser inspirer par l’univers d’un artiste dont j’aime les recherches et les réalisations artistiques, le rapport au public et ce, dès la petite enfance ; être moi-même en recherche dans une écoute profonde, toute absorbée par le langage de l’image, afin qu’émergent des photographies au plus près des idées de Laurent et de ce que je ressens de sa démarche.

Depuis longtemps, nos échanges existent pendant la création de nos spectacles respectifs et l’écoute mutuelle de nos ressentis et de nos questionnements nous guide dans nos cheminements artistiques.

Aller plus loin dans cette démarche s’est imposé tout naturellement.

 

Compagnie Point Virgule

L’univers chorégraphique
Démarche artistique de Claire Jenny
La danse, un outil insolite de l’estime de soi

Depuis plus de 20 ans, je voyage dans toutes sortes de contrées où la quiétude et la mobilité humaines sont malmenées : des prisons en passant par les cités des banlieues françaises jusqu’aux territoires palestiniens. J’y rencontre trop souvent des individus bousculés par leurs parcours de vie. La plupart du temps, ils ne se considèrent plus en capacité ou en droit de recevoir et de donner. Ces empêchements à la relation équitable et au partage les isolent du monde. D’un monde où l’identité et l’altérité de chacun continuent à se jouer et à se questionner au quotidien.

Quand je me pose dans ces contrées d’enfermements, je transporte avec moi la pratique de mon art : la danse contemporaine. À chaque fois, j’initie des projets qui impliquent toutes les personnes d’un groupe dans une aventure de création dansée (groupe de détenu(e)s, enfants et enseignants d’une classe d’école, enfants d’un camp de réfugiés en Palestine,…). Ces différents voyages m’ont toujours interrogée sur la transmission de la saveur, des valeurs, de la pensée, de la pratique et des œuvres de l’art de la danse. Ces questionnements m’ont nourrie. Ils m’ont propulsée plus loin. Ils ont amplement façonné ma matière artistique et mes fondamentaux sur le corps, ses capacités propres et intrinsèques à ressentir, concevoir, s’exprimer et rebondir. Notamment dans le cadre des contenus de l’éducation artistique française à l’école où la notion du partenariat entre les différents porteurs d’un même projet est mise en œuvre.

Au fur et à mesure des projets menés dans ces contextes d’enfermement, j’ai développé des matières et des compositions chorégraphiques singulières. Les matières du corps mises en jeu au cours de ces expériences s’inscrivent dans le cheminement essentiel de l’humain : qu’est-ce qui fait qu’on tient debout, en équilibre et en interaction harmonieuse avec notre environnement ? La sensation d’équilibre réside dans notre capacité à construire un axe serein : de l’appui des pieds au sol à l’alignement des jambes et des volumes du bassin, de la cage thoracique et de la tête jusqu’à la projection du regard dans l’horizontalité. L’équilibre n’est pas quelque chose de figé. L’équilibre, c’est la liberté d’aller au-delà de l’équilibre, dans une projection et un déplacement dans l’espace et dans la rencontre avec l’autre (donner le poids de son corps et accueillir celui de l’autre) aux sens propre, charnel, comme aux sens figuré. Ce parcours vers les perceptions de l’axe vertical nous rappelle celui du développement des jeunes enfants qui explorent : des déplacements au sol, des redressements de la colonne vertébrale vers la position assise, diverses manières de se repousser du sol pour passer de la situation accroupie à celle du debout et enfin qui, pour s’emparer d’un objet ou aller vers l’autre, expérimentent le déplacement.

Claire Jenny, Chorégraphe de la compagnie Point Virgule, mène depuis plus de 10 ans des actions singulières en milieu carcéral. Son travail de création cherche à relier ce qui nous construit ou nous affaiblit, interrogeant le sens d'être au monde… Partageant cette réflexion, nous menons ensemble des ateliers où le corps sensible reste au cœur de la reconnaissance de soi, au-delà des blessures. Il devient alors possible de restituer un sentiment de soi, première assise d'une reconstruction de la personne par une expression propre et singulière de son geste. Nathalie Schulmann, analyste du corps dans le mouvement dansé

Au départ, j’ai essentiellement développé ces contenus lors de mes rencontres dans la pratique de création chorégraphique avec des groupes de femmes détenues de la Maison d’Arrêt des Femmes de Fresnes en France. Ces dernières sont triplement malmenées : 80 % d’entre elles ont subi de graves violences commises par des hommes, les lieux de détention pour femmes bénéficient de moins de moyens que ceux pour les hommes et les femmes qui transgressent les lois sont perçues plus que les hommes comme bafouant aussi les mœurs.

Aujourd’hui, je diffuse les fondamentaux de ma démarche artistique dans tous les contextes : les pièces que je crée, mes ateliers de pratique avec les amateurs et mes différents temps de rencontres avec les publics (répétitions publiques, conférences, débats,…). Car malheureusement je constate que les vécus du corps sont de plus en plus souvent brimés, quels que soient les contextes. La relation au monde par le corps s’altère. La transformation de nos existences, la manière dont elles sollicitent autrement les actes du corps s’accélèrent. Le corps, dans son intégralité, son intégrité, devient de moins en moins actant au quotidien. Selon Virilio : « L’humanité urbanisée devient une humanité assise ». Les différentes représentations et iconographies des corps intensifient les notions de surface et de frontière entre soi, ses vécus intimes, et le monde. Elles accentuent la diffusion de modèles sexués caricaturaux.

Par l’art de la danse, attester que mon corps est ma personne, qu’il n’est pas mon objet mais mon sujet, qu’il n’est pas accessoire, sous employé, encombrant, inutile.

Le corps est le lieu où est questionné le monde, il est scannérisé, purifié, géré, remanié, renaturé, artificialisé, recodé génétiquement, décomposé, reconstruit ou éliminé, stigmatisé au nom de l’esprit ou du mauvais « gène ». Sa fragmentation est la conséquence de celle du sujet. Le corps est aujourd’hui un enjeu politique majeur, il est l’analyseur fondamental de nos sociétés contemporaines. David Le Breton

Sur la scène improvisée du gymnase de la prison, retrouvailles avec un corps timide.

Des corps sans racine. Qui tombent

Des corps qui se replient sur eux-mêmes. Qui s’élancent parfois, dans le vide

Un corps atrophié. Un trop-plein de souffrance.

La mémoire incisée à même la chair, comme une transe. Ce pèlerinage dans un corps inconnu, une offrande.

Un corps dans un coin qui se berce.
À intervalles réguliers, des cris, des gémissements, des corps qui basculent.
Pertes de repères.
Murmures troubles.
Juliette laisse s’échapper quelques larmes.
Discrètement.
Gestes saccadés.
Un corps recroquevillé.
Un corps qui bondit.
Frissons dans la salle. Un silence lourd.
Les danseuses saluent, une délicieuse fatigue.
La poésie l’emporte sur la souffrance. Pour un temps.

Sylvie Frigon, « Écorchées », p 90 & 91. Les éditions du remue-ménage/2006

 

http://www.ciepointvirgule.com >

 

Compagnie Le Cincle Plongeur

Anne-Laure ROUXEL - Chorégraphie et interprétation

Après une formation très complète et diversifiée en danse (classique, contemporaine, indienne, hawaïenne, flamenco et claquettes), Anne-Laure Rouxel crée en 1994 sa compagnie dont le nom, Cincle Plongeur, donne une belle image de sa démarche puisqu’il est attribué à un petit oiseau vif et agile qui vit sur les bords des torrents de montagne et marche sous l’eau pour se nourrir. La création « Peum-Peule », en 1995, marque déjà par son caractère inattendu, ses scènes déroutantes puissamment guidées par la musique. En 1997, elle crée « Polypode » : un comédien-danseur de 45 cm de haut (Jean-Claude Grenier atteint de la maladie des os de verre), perché sur un fauteuil prototype, devient le complice de la jeune femme dont la journaliste Dominique Darzacq dit qu’elle est «  un petit miracle d’humour et de tendresse... (avec) cette grâce naïve qui met la vie à fleur de gestes et de cils. » Cette rencontre artistique de l’autre dans son altérité la plus radicale fut remarquablement accueilli par le jeune public. « Je sentais les enfants complètement pris dans l’histoire.  Ils entraient dans la poésie. J’ai pu vérifier combien ils étaient en éveil, réceptifs au moindre son, au moindre geste» De ce constat, renforcé par une expérience d’ateliers de pratique chorégraphique dans les écoles, elle crée successivement « Les petites pièces chorégraphiques » et « 66 milliards/ cm²/ seconde », deux spectacles au travers desquels la chorégraphe qui danse parce qu’elle n’a pas les mots, préfère l’environnement sonore. « Les sons racontent la vie » se plait-elle à dire en compagnie de son compositeur complice Woudi. Ensemble, ils piègent les sons dans leur diversité, sur les marchés de Belleville ou à la foire aux huîtres,…Il y en a qui ont leur boîte à couture, elle c’est une boîte à son, et lorsqu’elle les ressort, ils enrichissent non seulement la partition musicale, mais aussi son imaginaire. A la manière des jardiniers japonais, Anne-Laure Rouxel recompose les éléments de la vie en des chorégraphies qui ont la légèreté et la grâce d’un envol de passereaux.

En 2004, elle redescend des étoiles où elle interprétait le ballet des particules cosmiques. La princesse Galatée, s’est changée en fleur de tiaré. Escale est faite sur l’île d’Hawaii pour une rencontre avec son maître à danser du Pacifique : Sandra Kilohana Silve. Les deux danseuses racontent l’histoire d’Hopo’e, fille aînée de Dame Nature, poétesse du mouvement qui, de ses danses accompagnées de poèmes, exprimait l’essence de la mer, le vol des oiseaux, le mouvement des vagues…

 

Compagnie Le Rideau à Sonnette

Le Rideau à sonnette est une jeune compagnie théâtrale, basée en Ile de France.

Le Rideau à Sonnette réunit des artistes aux expériences et spécialités variées : acteurs, danseurs, chanteurs, auteurs, metteurs en scène, vidéastes, photographes, scénographes, pratiquants d’arts martiaux…
Notre ambition commune est d’associer nos spécificités dans l’élaboration d’un projet scénique original.

Le Rideau à sonnette travaille à la diffusion de textes contemporains, à l'élaboration d'un langage propre à la scène de Théâtre, à la recherche d'un équilibre entre tradition et modernité, à l'affirmation de la valeur poétique, divertissante, et néanmoins consciente du médium théâtral.

http://lerideauasonnette.blogspot.com >

L’équipe : conception et réalisation

Gwenaëlle Mendonça

Elle fait ses études théâtrales au Conservatoire National de Région de Rouen de 1998 à 2001 où elle crée avec d’autres élèves la compagnie du chat-foin.

Ensemble ils montent La Fontaine, Molière (Les précieuses ridicules), Copi (Eva Peron, Une visite inopportune).

Parallèlement à ce travail de compagnie, elle rencontre d’autres équipes de théâtre et de théâtre de rue et joue dans Vagues souvenirs de l’année de la peste de Jean-Luc Lagarce, mise en scène de Dominique Terrier, Embouteillage mise en scène d’Anne-Laure Liégeois,

Du bien mal péché création du cercle de la Litote, Les rencontres de Boîtes création de la compagnie Kumulus.

Elle navigue bientôt entre Rouen, Paris et Bruxelles où elle crée avec d’autres artistes un collectif de clowns puis monte son propre solo clownesque qu’elle joue dans divers endroits (rue, café, salle, concert…)

Depuis Octobre 2007 elle est élève à l’école Jacques Lecoq à Paris

Sandrine Nicolas

Après trois ans à l’école Claude Mathieu (Art et techniques de l’acteur), elle complète sa formation par le chant (avec Françoise Rondeleux), le clown et le kung-fu pei mei (ceinture noire 2ème degré).

Elle joue dans diverses mises en scène de textes classiques et contemporains (Marivaux,

Molière, Shakespeare, Jouanneau, Valletti).

Elle participe à la création de textes contemporains (Le gardien de cailloux de Sylvie Montlahuc, Mange-moi de Nathalie Papin).

De plus en plus attirée par les nouvelles formes d’écriture, elle a joué dernièrement dans Le mur du son conçu par Thierry Balasse (spectacle autour de la musique électro-acoustique), La brûlure sur la joue d’après un récit de Marina Tsvetaeva, Tu dis, un récit de Juliette Fontaine (Proposition déambulatoire), Seul Richard (Opéra contemporain conçu par Thierry Fournier d!après Richard II de W.Shakespeare).

Par ailleurs elle fait partie de l’équipe pédagogique du Théâtre-Ecole du Damier.

Hélène Seretti

Une formation à l’école Claude Mathieu lui donne les premières bases, puis c’est sur les planches qu’elle apprend son métier auprès de metteurs en scène exigeants et de qualité.

Elle joue dans une quinzaine de pièces en France et à l’étranger, notamment sous la direction de Nathalie Martinez (Une paire de gifles de Guitry), de Stéphane Roger (Peep Show dans les Alpes de Kobeli), de Véronique Ruggia (Le silence limpide), d’Anita Picchiarini (Médée de Jahnn et Procès ivre de koltès)…

Elle participe à des créations collectives aux seins de jeunes compagnies.

En 2002 elle fait la rencontre fondamentale de Benno Besson avec qui elle aborde le jeu masqué (Mangeront-ils ? de Victor Hugo).

Elle intègre ensuite la troupe d!Omar Porras (La visite de la vieille dame de Durrenmatt et El Don Juan).

Elle chante le répertoire réaliste et populaire (Une papoteuse et deux pianistes) et participe à des créations jeune public (Pernette sans sommeil et La Tartamour).

Parallèlement à sa carrière de comédienne, elle met en scène Musée haut, musée bas de Ribes, La cantatrice chauve de Ionesco, Le Bastringue du dimanche d’après Valentin, Guitry mis en pièce d’après Guitry et Funérailles d’hiver d’Hanokh Levin.

Passionnée depuis toujours par les tissus et les costumes, elle travaille comme costumière pour des compagnies de théâtre et d’opéra.

Forte de ces expériences, elle a conçu et réalisé les costumes et accessoires de Petit!Ô.

Anna Pieri

Après un diplôme d’enseignement de piano à la Haute Ecole de musique et d’art dramatique

Bienne/Berne, Classe de Rada Petkova (Suisse), elle suit une formation de comédienne à

L’Ecole Supérieure d’Art Dramatique (E.S.A.D.) de Genève.

Elle participe à des pièces de théâtre instrumental « Suoni estremi » pour voix et quatuor à cordes de Philippe Eichenwald, et «La trahison orale, Ein Musikepos über den Teufel » de Maurice Kagel.

Elle travaille notamment dans les mises en scènes de Jean Liermier (Peter Pan, Les caprices de Marianne), Anton Kouznetsov (Monsieur de Maupassant, Le Russe sans douleur), Omar Porras (El Don Juan) et Frédéric Polier (Mein Kampf, farce).

Elle joue aussi dans le dernier long-métrage d’Alain Tanner en 2003 «Paul s!en va »…