PDF Imprimer Envoyer

Rencontre avec Joël Simon, directeur du Festival Méli’môme, à Reims

Méli’môme est un projet qui a vu le jour en 1989, à l’initiative de Joël Simon avec le soutien de l’association Nova Villa. Dans sa phase naissante, le festival proposait quatre spectacles. Aujourd’hui, il en accueille trente-cinq dont 1/3 de créations. Il touche les enfants entre 1 et 12 ans et réunit chaque année entre 20 00 et 25 000 spectateurs…

Quelle place Méli’môme accorde à la création pour la petite enfance?

Depuis le début, Méli’môme est l’un des festivals qui produit le plus de spectacles dédiés à la petite enfance : 5 à 10 spectacles pour les moins de 3 ans sont programmés en moyenne pendant le festival…Cela vient en partie parce que la demande sociale est énorme…
Deux jours après la sortie du programme, toutes les séances tout public pour les moins de 3 ans sont complètes ! La CAF de la Marne a été la première institution à signer une convention avec le festival, au nom de l’aide à la parentalité…ensuite, la ville de Reims nous a apporté son soutien…Il est étonnant de constater que ce sont des personnes qui n’appartiennent pas à proprement parler au monde de la culture qui ont compris en premier à quel point c’était important… On peut dire que les spectacles pour la petite enfance ont été le levier d’une politique culturelle plus active pour le jeune Public en général. Aujourd’hui, on programme 60 à 80 séances de spectacle pour les moins de 3 ans …et les assistantes maternelles trouvent que ce n’est pas encore assez ! Pour les parents aussi, c’est important car c’est souvent leur première sortie au théâtre. Au début, ils ressentent une petite appréhension, et puis les gens sortent heureux du spectacle car ils ont partagé des émotions fortes avec leur tout petit…Ils sont également surpris de voir leurs enfants réagir avec autant d’intensité… C’est un phénomène qui touche toutes les couches de la population… Mon défi pour 2005, c’est de présenter un spectacle petite enfance à la Comédie de Reims…le CDN. Je pense que symboliquement, c’est important…

Qu’est ce qui a suscité votre intérêt pour les spectacles petite enfance ?

Ma fille, Bertille, qui a aujourd’hui 12 ans. C’était un bébé aux débuts de Méli’môme, et j’avais envie de lui faire voir de belles choses…Ma rencontre avec Anne Françoise Cabanis a également été déterminante.

Quelles sont vos attentes par rapport aux rencontres organisée par ACTA ?

Il y a toute une série de réflexions que j’aimerai voir développer : Comment susciter demain des créations de qualité ? Il y a de moins en moins de propositions… Par ailleurs, faut-il que les enfants se déplacent ou faut-il faire venir les spectacles en crèches ou dans les écoles ?
Peut on envisager des résidences d’artistes en crèche ? Enfin, il faut réfléchir sur les actions de sensibilisation adéquates qui concernent les médiateurs, ceux qui accompagnent les petits. C’est un sujet essentiel.

Recueilllis par My linh Bui

A savoir

Méli Môme est aussi un centre de ressources matérialisé par la parution d’une publication annuelle : REGARDS
N°1 : Accompagner l’enfant au spectacle
N°2 : Spectacles petite enfance : projet de société ou effet de mode ?
N°3 : Enfants et musées.

Renseignements auprès de l’association Nova Villa :
45 rue Jean Jaurès, 51100 Reims
tel : 03 26 09 33 33